• Gabriel Garcia Marquez, Cent ans de solitude

     

    A Macondo, village isolé de la Colombie caraïbe, vit la famille Buendia. Depuis Ursula et Jose Arcadio Buendia, les fondateurs du village, jusqu'au dernier Aureliano (parce qu'il y en a au moins un par génération) leurs descendant, Gabriel Garcia Marquez nous raconte leur histoire sur six générations. Et il arrive des tas d'aventures merveilleuses et fantastiques à cette famille. L'auteur met au service de son talent d'écrivain une imagination débridée avec souvent une pointe d'humour. Ainsi quand le village est frappé d'une épidémie d'insomnie qui fait perdre la mémoire à ceux qui sont touchés. Les habitants se mettent à écrire sur les choses leur nom et à quoi elles servent :

    "A l'entrée du chemin du marigot, on avait planté une pancarte portant le nom de Macondo et, dans la rue principale, une autre proclamant : Dieu existe."

     

    Ainsi quand le chemin de fer arrive à Macondo :

    "Au début de l'hiver suivant, pourtant, une femme qui lavait du linge à la rivière à l'heure la plus chaude de la journée, se mit à traverser la grand-rue en poussant des hurlements stridents, dans un tel état de commotion que c'en était alarmant.

    - Il arrive un machin épouvantable, réussit-elle à expliquer, comme une cuisine trainant après elle un village entier.

    A ce moment précis la petite agglomération fut ébranlée par un coup de sifflet qui retentit de manière effrayante et par une extraordinaire respiration essoufflée. Au cours des semaines passées, on avait bien remarqué les équipes qui posaient les traverses et les rails, mais personne n'y avait prêté attention (...)"

     

    J'en parle bien mal tellement c'est foisonnant. C'est une expérience de lecture qui mérite d'être tentée. J'ose un petit bémol quand même, malgré la réputation de chef-d'oeuvre de ce roman ? A la fin ça commence un peu à tourner en rond et il est temps que cela finisse.

     

    L'avis d'Aaliz.

     

     

     


    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Jeudi 23 Avril 2015 à 19:44

    Je pense que je le relirai car je ne m'en souviens plus, je l'ai lu il y a très longtemps... Je vois que tu lis Padura, j'ai hâte de connaitre ton avis

    2
    Vendredi 24 Avril 2015 à 13:26

    J'avais posé Padura le temps des vacances car il était trop lourd pour l'emmener dans mes bagages (d'où Garcia Marquez) mais je l'ai repris depuis et j'apprécie.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :