• Irina Flige, Sandormokh, Les belles lettres

    Irina Flige, Sandormokh, Les belles lettresLe livre noir d'un lieu de mémoire.
    Irina Flige est une géographe russe qui a publié en 1998 un atlas géographico-historique des camps des îles Solovki. Au cours de ses recherches elle a acquis la certitude qu'un grand nombre de détenus des Solovki ont été évacués et exécutés fin 1937. Avec son compagnon Veniamine Ioffe, un des membres fondateurs de Memorial à Saint Petersbourg, elle mène l'enquête pour découvrir le lieu d'inhumation des victimes.

    Les Solovki forment un archipel au Nord-ouest de la Russie, dans la mer Blanche. Après la révolution de 1917 le site devient un des premiers camps soviétiques, un laboratoire du goulag. Dans les années 1930 les prisonniers politiques incarcérés là sont majoritairement des intellectuels comme le météorologue Alexeï Feodossievitch Vangengheim.
    Memorial est une ONG fondée en 1989 à Moscou qui a pour objectif d'étudier les répressions politiques en URSS et dans la Russie actuelle et d'obtenir la réhabilitation des personnes victimes de ces répressions.

     

     

    Les historiens estiment qu'entre août 1937 et novembre 1938 plus de 750000 personnes furent exécutées en URSS, victimes de la Grande Terreur stalinienne. Sur ce laps de temps cela correspond à 50000 exécutions par mois ou 1600 par jour. Parmi les victimes, 1818 détenus des Solovki. Irina Flige, Veniamine Ioffe et Iouri Dmitriev, historien de Petrozavodsk, capitale de la Carélie, ont cherché pendant près de dix ans où étaient passés les corps. C'est une véritable enquête policière que nous détaille dans cet ouvrage Irina Flige, à traquer les documents dans des archives qui s'ouvrent timidement dans les années 1990. Le site de Sandormokh est découvert en 1997. Il se situe dans une forêt près de Petrozavodsk. La Carélie est une région limitrophe de la Finlande, au Nord-ouest de la Russie. A Sandormokh, "lieu d'exécution habituel" de la Grande Terreur, les chercheurs ont compté 236 fosses communes d'environ 4 mètres sur 4. Les recherches se poursuivent pour donner des noms aux victimes et, en 2016, 6241 personnes exécutées là en 1937-1938 avaient été identifiées.

     

     

    Sandormokh est devenu un important lieu de mémoire de la terreur stalinienne. Des monuments commémoratifs (stèles, croix...) y ont été bâtis, des familles apposent des plaques souvenirs ou des photos de leurs proches tués là -voire même ailleurs car on ignore encore beaucoup de lieux d'exécution-, des cérémonies ont lieu tous les 5 août, date de début de la Grande Terreur. C'est une journée internationale de la mémoire à laquelle participent des délégations étrangères. Mais, s'il y a bien des victimes à Sandormokh, officiellement il n'y a pas en Russie de crime ni de criminel. Le régime de Poutine s'est lancé dans une opération de réhabilitation de Staline, allant même jusqu'à réécrire l'histoire pour cela. Depuis 2016 a émergé l'hypothèse alternative que les morts de Sandormokh seraient des prisonniers de guerre soviétiques fusillés là par les Finlandais lors de l'occupation de la Carélie occidentale en 1941-1944. Sur place les fouilles archéologiques n'ont jamais permis de corroborer cette thèse. En 2016 également Iouri Dmitriev a été arrêté, accusé de pédophilie, affaire montée de toutes pièces. Depuis il a été jugé à plusieurs reprises et finalement condamné le 29 septembre 2020 à treize ans de réclusion criminelle dans une colonie pénitentiaire à régime sévère. Il est âgé de 65 ans et sa santé est dégradée.

     

     

    J'ai trouvé cet ouvrage passionnant. Irina Flige présente le travail de recherche qu'elle et ses collègues ont mené et leurs découvertes mais aussi l'histoire de Sandormokh en tant que lieu de mémoire, la façon dont la Grande Terreur y est commémorée et l'évolution des prises de position des autorités locales et nationales depuis 1997.

     

     


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 24 Juin à 19:07

    Une thématique douloureuse mais passionnante, et un pan d'Histoire qui m'intéresse beaucoup. Je note donc !

      • Vendredi 25 Juin à 12:42

        De l'histoire qui reste très actuelle en plus, vu les réactions du gouvernement russe.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :