• Javier Moro, Une passion indienne, La véritable histoire de la princesse de Kapurthala, Robert Laffont

    1906 : le maharajah de Kapurthala, un état du nord de l'Inde, vient à Madrid pour y assister au mariage du roi Alphonse XIII. Dans un cabaret il remarque Anita Delgado Briones, une jeune danseuse de seize ans. Ebloui par sa beauté il commence une offensive de charme auprès de la famille à coup de cadeaux couteux. Les parents sont pauvres et se laissent impressionner, Anita est "vendue". Elle même, intimidée par les attention d'un homme habitué à obtenir ce qu'il veut, de 18 ans son aîné, se convainc qu'elle est amoureuse.

    Après un mariage civil rapide elle embarque pour l'Inde où elle va découvrir les quatre autres épouses de son mari et leurs enfants dont certains ont le même âge qu'elle. En plus de la jalousie des coépouses il lui faudra affronter le rejet du colonisateur britannique qui refuse de cautionner le mariage du rajah avec une Européenne. Anita est donc considérée comme une concubine et à peine tolérée aux réceptions officielles.

    Petit à petit elle s'adapte cependant à cette vie globalement facile où elle joue le rôle de la favorite, évoluant dans un luxe inouï. En 1925 Anita quitte l'Inde de façon définitive, renvoyée par son mari à la suite d'un scandale.

    A travers cette biographie Javier Moro retrace aussi l'histoire des derniers maharajah. Officiellement ils dirigent leurs états mais ceux-ci sont en fait des protectorats britanniques. Dépossédés de tout réel pouvoir ces princes immensément riches se consolent en menant un train de vie fastueux. Le mari d'Anita fait construire un château à la française sur ses terres. Eduqués dans des pensionnats anglais dès leur plus jeune âge ils se voient en despotes éclairés, capables de faire le lien entre l'orient et l'occident, d'apporter à leur peuple les bienfaits du 20° siècle mais ils continuent d'entretenir nombre d'épouses et de concubines dans la zenana.

    Javier Moro évoque aussi les débuts de la colonisation britannique quand des Anglais, conquis par la civilisation indienne adoptaient les modes de vie locaux. A partir du début du 19° siècle les autorités britanniques mirent fin à ces pratiques, craignant qu'elles ne soient nuisibles à la consolidation de l'empire. Alors Indiens et Anglais ne se fréquentèrent plus que de loin.
    C'est intéressant et cela donne envie d'en savoir plus sur cette période.
    L'ensemble se lit facilement.
     

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :