• Jean d'Aillon, L'évasion de Richard Coeur de Lion, J'ai lu

    Jean d'Aillon, L'évasion de Richard Coeur de Lion, J'ai luMon entourage sait que j'apprécie les romans historiques et j'ai donc reçu pour Noël ce recueil de courts romans et nouvelles qui se déroulent au Moyen-âge, de 1193 à 1201. Le héros en est Guilhem d'Ussel, chevalier troubadour. Jean d'Aillon est l'auteur d'une série de romans qui mettent en scène ce personnage et que je ne connaissais pas. Les histoires qui composent le présent ouvrage s'intercalent entre les différents épisodes de la série auxquels il est fait de nombreuses références.

     

     

    Je découvre donc le personnage de Guilhem d'Ussel, qui semble avoir connu une vie aventureuse depuis son plus jeune âge. Veuf à 15 ans, il a été routier sous les ordres de Mercadier, dont le seul nom fait trembler de terreur. Il y a appris le maniement des armes et est devenu un redoutable guerrier. Après son adoubement comme chevalier, il tente de se conformer à son serment de porter secours aux faibles et évolue vers un comportement plus policé. Dans la dernière nouvelle il est devenu seigneur d'un château dans le Toulousain et passe auprès de ses gens pour un modèle de maître bon et juste.

     

     

    J'ai apprécié cette lecture que j'ai trouvé plaisante. Cette époque m'apparaît comme très exotique tellement elle est différente de la notre. Quelle précarité pour le peuple ! On a beau dire, il vaut mieux vivre au 21° siècle. La vie des petites gens n'avait aucune valeur pour les guerriers et seigneurs de tout poil. Les mentalités aussi sont déconcertantes. On s'étripe -littéralement- de bon coeur tout en craignant Dieu. Le cas du héros montre enfin qu'une ascension sociale était possible pour quelqu'un sachant se battre. J'ai donc prévu d'explorer plus avant l'oeuvre de Jean d'Aillon. Je me dis que je dois pouvoir trouver ça à ma bibliothèque.

     

     

    Jean d'Aillon, L'évasion de Richard Coeur de Lion, J'ai luSeigneur du château de Lamaguère dans le Toulousain, Guilhem a parmi ses gens de nombreux cathares. Intéressante coïncidence, j'ai près de moi le numéro de décembre 2016 du magazine l'Histoire qui fait sa une sur Les cathares, comment l'Eglise a fabriqué des hérétiques. C'est le moment d'en lire quelques articles. Je résume la thèse qui vient renouveler l'historiographie : les Albigeois n'étaient pas des cathares. Ils n'étaient pas dualistes mais des chrétiens en recherche de spiritualité. Les sources qui les accusent d'être des hérétiques sont celles des clercs qui les ont combattus.

    "La croisade albigeoise ne fut pas dirigée contre les cathares, contrairement à l'opinion commune. Le "catharisme" n'a jamais existé, pas plus que le "pays cathare". Il s'agit d'une invention de la fin du 19° siècle. Il est rare, dans le domaine de la recherche historique, de pouvoir dire sans réserve qu'un champ d'étude vieux de plus d'un siècle est dépourvu de tout fondement scientifique". Nous dit Mark Gregory Pegg, professeur d'histoire du Moyen-âge à l'université Washington de Saint-Louis aux Etats-Unis.

    Il y a aussi un article sur cette notion de "pays cathare", marque déposée, propriété du conseil départemental de l'Aude, depuis 1992.

    Si vous vous intéressez aux cathares, il me semble que c'est à lire. Moi dont ce n'est pas particulièrement le cas, j'ai trouvé ce dossier intéressant et convainquant.

     


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 13 Janvier à 11:05

    la période des cathares est vraiment attirante  elle montre toute la folie liée à la religion

      • Vendredi 13 Janvier à 18:49

        Et apparemment il y a du nouveau en ce qui concerne la recherche historique.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :