• Jean d'Aillon, Paris, 1199, J'ai lu

    Jean d'Aillon, Paris, 1199, J'ai luRobert de Locksley -alias Robin Hood, Robin au Capuchon, Robin des Bois, quoi ! déjà croisé dans le précédent épisode- est en Aquitaine, à Fontevrault, auprès de la reine Aliénor quand ils apprennent que Richard Coeur de Lion a été blessé par un carreau d'arbalète lors du siège de Châlus et se meurt. Ils partent aussitôt pour se rendre à son chevet. Après la mort de son roi, Robert est accusé de s'être rendu complice du vol d'une statuette en or. Pour se disculper, il se lance à la poursuite du voleur. Il souhaite aussi découvrir si Richard n'a pas été victime d'un complot. Pour l'aider il fait appel à son ami Guilhem d'Ussel.

     

     

    Leur enquête va mener les deux chevaliers jusqu'à Paris. C'est l'occasion pour l'auteur de nous présenter la ville à la fin du 12° siècle. Ce que je comprends c'est que les juridictions civiles et ecclésiastiques étaient très embrouillées. Ainsi, dans la cathédrale Notre Dame, un délit -en l'occurrence la prostitution- commis dans le choeur est jugé par le prévôt de l'évêché alors que s'il est commis dans les travées, il est jugé par l'archidiacre et le chapitre. Il s'agit de bien choisir ou forniquer car l'un est beaucoup plus sévère que l'autre.

     

     

    A Paris, le lecteur va surtout pénétrer dans la communauté cathare, des artisans bientôt persécutés. Nos héros devront enfin déjouer une conspiration dans laquelle trempent des chevaliers du temple.J'apprécie cette lecture que je trouve plaisante.

     


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :