• Nathan Davidoff, Journal de Nathan Davidoff, Gingko éditeur

     

    Nathan Davidoff, Journal de Nathan Davidoff, Gingko éditeurLe Juif qui voulait sauver le Tsar

    Nathan Davidoff (1880-1977) était un riche entrepreneur juif originaire de Boukhara, en Asie centrale (dans l'empire russe à sa naissance). A 14 ans Nathan intègre l'entreprise familiale de commerce de tissu, fondée par son grand-père et dirigée par son père et ses oncles. Il fait rapidement prospérer l'affaire. Il est responsable d'un magasin à 15 ans, directeur d'une carderie de coton à 16. Il n'a pas 25 ans quand, estimant que ses qualités ne sont pas reconnues à leur juste valeur, il quitte l'entreprise familiale pour se mettre à son compte. Il se lance alors dans la concentration horizontale (achat de plusieurs carderies) et verticale (achat de terrains pour y faire pratiquer la culture du coton) puis il diversifie ses activités avec l'achat d'une mine de de charbon, d'une scierie... Je suis fascinée par cette boulimie d'entreprendre tous azimuts.

     

     

    Si Nathan aime gagner de l'argent il considère aussi que celui-ci doit être dépensé. Il n'est pas un patron chiche. Il finance des oeuvres sociales, forme et loge ses employés méritants, prête à ses concurrents en difficulté. Il se constitue ainsi un réseau d'obligés, utile en affaires et qui lui sauva sans doute la vie lors des révolutions de 1917. Il est à Moscou au moment du coup d'Etat des bolchéviques et raconte quelques anecdotes qui montrent à quel point c'était la pagaille. Ceci dit, pendant la révolution, les affaires continuent. Nathan se lance dans la production de bois et de savon.

    Nathan Davidoff a quitté l'URSS en 1923 pour Paris. En 1972 il s'installe en Israël où il finit sa vie.

     

     

    Le Journal de Nathan Davidoff n'est pas un journal mais des mémoires, sans doutes rédigées entre 1917 et 1923 et découvertes par la famille après sa mort. Le manuscrit comptait 1300 pages. Benjamin Ben David qui en a assuré la traduction du russe et la présentation est le petit-fils de Nathan. Il est aussi l'auteur de la postface qui replace le "Journal" dans son contexte et explique les conditions d'enrichissement d'une frange des Juifs-boukhariotes à la fin du 19° siècle.

    Contrairement à ce que prétend la quatrième de couverture, on n'apprend pas grand chose sur la communauté juive de Boukhara. J'ai cependant trouvé intéressant ce personnage de capitaine d'industrie, sorte de génie des affaires et qui a vu changer son monde.


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    keisha
    Jeudi 19 Avril à 14:15
    keisha

    Ha, Si je vois l'équipe ginkgo cet automne, je peux y penser!

      • Vendredi 20 Avril à 09:46

        Depuis quelques années ma soeur offre des ouvrages de cet éditeur pour Noël. je crois qu'elle se les procure à une foire aux livres près de chez elle.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :