• Patrick Deville, Pura Vida, Points


    Patrick Deville, Pura Vida, Points"Pura Vida est un idiotisme costaricien, un ticismo intraduisible. En deux mots, c'est le plus beau compliment qui se puisse adresser à la vie. Lorsque de temps à autre elle le mérite."

    En 1997, en Amérique centrale, voyageant du Guatemala au Panama en passant par le Honduras ou le Nicaragua grâce à son pass des compagnies aériennes du Grupo Taca, Patrick Deville lit chaque jour à son hôtel la presse nationale (" ¡Novia del Club Leo Managua Tiscapa, Candidata a Novia Nacional!") et rencontre, à leur domicile ou dans des cantinas, d'anciens révolutionnaires sandinistes. Comme fil rouge il suit les traces de William Walker, aventurier américain du 19° siècle qui partit à la conquête du Nicaragua dont il se proclama président et mourut fusillé sur une plage du Honduras en 1860. Il était question à l'époque que le Nicaragua devienne le centre du monde car on espérait pouvoir y trouver le passage interocéanique. C'était avant que le canal de Panama ne fut percé. Patrick Deville s'intéresse en fait à tous les aventuriers et révolutionnaires qui ont arpenté cette région et ils furent nombreux. Au gré de ses pérégrinations, l'auteur entremêle les épisodes de leurs vies.

     

     

    Je lis cet ouvrage avec mon atlas Bordas ouvert à la page de l'Amérique centrale sur les genoux, pour mieux suivre les divagations géographiques de Patrick Deville. Quant au cadre historique je ne maîtrise pas tout et je me perds un peu dans les aller-retour de l'auteur, d'autant plus que je ne suis pas capable d'une lecture très suivie ces temps-ci. Pour cause de fatigue il m'est arrivé de poser mon livre pendant deux jours avant d'y revenir. Mais non pas par manque d'intérêt car j'y prends un vrai plaisir

    Patrick Deville, Pura Vida, Points

    Patrick Deville sait choisir des personnages aux vies pleines de rebondissements et surtout semble capable de transformer en épopée même le plus anodin de leurs actes. La proximité géographique m'amène à penser que de même il aurait su rendre passionnantes les aventures des mesureurs de la courbure du méridien terrestre. C'est aussi que je suis conquise par son style auquel je trouve parfois des accents poétiques :

     

    "La Rana est de ces établissements neufs construits au carré n'importe où dans le monde, posé sur des parpaings, au milieu d'une zone commerciale, entre un bricomarché et un parking, où des hommes sirotent avec lenteur des alcools anonymes, hurlent parfois à la trahison de la Fortune et vont s'asseoir seuls à l'écart, avec une feuille de papier, écrivent ou croient écrire une lettre qui jamais ne partira. Ils en ont déjà plein les poches. Près du bar, deux ou trois filles, peut-être vénales, s'étaient mises à danser."

     

    Roman, histoire, enquête ? Un intéressant entretien avec l'auteur, paru dans l'Humanité, explique son travail et me convainc, après Kampuchéa et Pura Vida, de lire prochainement Equatoria.

     

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 17 Décembre 2013 à 12:00
    C'est avec "Peste & Choléra" que j'avais découvert Patrick Deville. J'avais beaucoup aimé, on voyage tant dans l'espace que dans le temps. Je m'étais promise de renouer avec lui, "Pura Vida" n'avait pas particulièrement attiré mon attention parce que comme tu le dis dans ton billet je ne connais pas non plus très bien le contexte historique de cette partie de la planète. En revanche, j'ai prévu de lire aussi "Equatoria". Préviens-moi quand tu comptes le lire, ça serait sympathique de le lire ensemble.
    2
    Dimanche 6 Avril 2014 à 12:00
    J'ai acheté Peste et choléra et je note aussi celui-là !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :