• Sarah Marty, Soixante jours, Denoël

     

    Sarah Marty, Soixante jours, DenoëlSarah Marty a fait la connaissance de Yoldas, migrant kurde. Il lui a confié son histoire et le périple qui l'a mené, avec un groupe de quatorze autres personnes, de la Turquie à l'Italie. Elle en a tiré ce récit qui évoque les dures conditions d'existence des Kurdes de Turquie et les violences dont ils sont victimes puis les innombrables dangers de la migration clandestine, le risque de mort à chaque instant, les mafias de passeurs organisés pour tirer parti de la misère humaine, la responsabilité de l'Europe qui laisse mourir ces gens à ses portes.

     

     

    Le sujet avait tout pour me plaire mais ça n'a pas fonctionné. L'écriture m'a rebutée et a empêché que j'apprécie cette lecture. Ce n'est pas un travail de journaliste, c'est un récit romancé du voyage. Sarah Marty imagine les pensées et les sentiments de ses personnages mais j'ai trouvé qu'elle se perdait dans des circonvolutions qui mettent quinze lignes pour dire ce qui aurait pu être dit plus simplement en deux lignes et qui, pour moi, n'apportent rien de pertinent. J'ai regretté qu'on nous parle, pour ce groupe de quinze personnes, des "hommes" alors que trois de ces "hommes" sont de sexe féminin. Reste que l'autrice a eu le mérite de traiter d'un sujet qui est un scandale et une honte pour l'Europe.

     

    L'avis de Patrice.

     


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 8 Mai 2019 à 05:58

    Dommage que l'écriture t'ait rebutée. Je veux garder de ce livre l'émotion et le témoignage fort de ce drame qui continue à hanter l'Europe.

      • Mercredi 8 Mai 2019 à 17:54

        Oui, je le regrette aussi.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :