• Sorj Chalandon, Enfant de salaud, Audiolib

    Sorj Chalandon, Enfant de salaud, Audiolib En 1987 Sorj Chalandon suit le procès de Klaus Barbie pour Libération où il est journaliste. En parallèle il enquête sur son père dont son grand-père lui a dit un jour qu'il l'avait vu habillé en Allemand pendant la guerre:"tu es un enfant de salaud". Ce salaud, Jean, est un menteur pathologique. Si l'expression "il ment comme il respire" a été créée pour quelqu'un, c'est pour lui. Pendant l'enfance de Sorj Chalandon il s'est raconté combattant à Zuydcoote puis résistant, participant à la prise de Berlin. La réalité, pourtant était suffisamment rocambolesque! Entre 18 et 22 ans Jean s'est engagé successivement dans l'armée française, dans la légion tricolore, dans l'armée allemande, dans les FTP et dans l'armée américaine. De partout il a déserté.

     

     

    Les mensonges permanents de Jean ont creusé un gouffre entre père et fils. Pour le narrateur le salaud ce n'est pas celui qui a porté l'uniforme allemand mais celui qui a toujours refusé la vérité à son fils et, ce faisant, a trahi sa confiance. Mais en 1987 Jean le mythomane vit dans le personnage qu'il s'est créé depuis plus de 40 ans et en est venu à croire lui-même à cette réalité alternative. Quand son fils lui oppose des dates, des faits, il nie, continue à inventer, hausse le ton, invective.

     

     

    Le récit alterne relation du procès de Lyon et enquête sur le père. J'ai trouvé cet excellent texte, très bien lu par Féodor Atkine, très émouvant. Emotion ressentie à l'audition des témoins au procès, à la façon dont les traite parfois Jacques Vergès, avocat de Barbie. J'ai pensé que Sorj Chalandon avait du écrire de bons articles sur ce procès. La relation entre le narrateur et son père est aussi touchante. A la fois il y a un rejet de ce père brutal qui l'a battu enfant et qui continue de le maltraiter en paroles mais en même temps il y a l'espoir d'accéder enfin à la vérité et la volonté de comprendre ce père toxique. La fin est poignante.

     

     

    Le récit est romancé. Dans la vraie vie Sorj Chalandon n'a eu connaissance qu'en 2020 du dossier judiciaire de son père, mort en 2014. Il n'a donc pas pu le confronter à ce qu'il avait appris de lui. Les péripéties de la vie de Jean sont véridiques cependant. L'auteur s'en explique dans un entretien, également très intéressant, qui suit la lecture du roman. Ce roman a été pour lui une façon de régler ses comptes avec son père. Cette audition est pour moi une découverte de Sorj Chalandon que je n'avais jamais lu. Je crois bien que j'y reviendrai.

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    maggie
    Lundi 8 Août à 21:53

    Moi non plus je n'ai encore jamais lu cet auteur... alors que toutes ses oeuvres me tentent beaucoup...

      • Mardi 9 Août à 08:13

        À lire, alors.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :