• John Irving, Un enfant de la balle, Points


    Le docteur Farrokh Daruwalla est né à Bombay, a fait ses études à Vienne (il a épousé une Autrichienne) et vit maintenant à Toronto. Il a la nationalité canadienne mais ne se sent nulle part vraiment chez lui. Pas totalement intégré au Canada -élément de la "minorité visible" il est à l'occasion victime d'insultes racistes. Et trop étranger en Inde. Médecin orthopédiste il séjourne cependant régulièrement dans sa ville natale où il officie à l'hôpital des enfants infirmes. Il s'intéresse particulièrement au cas des nains achondroplases (handicap provoqué par une mutation génétique). En Inde ceux-ci trouvent souvent à s'embaucher comme clowns dans des cirques. L'un d'eux, Vinod, est devenu un ami de Farrokh.

    Par ailleurs, Farrokh est secrètement le scénariste d'une série de films à succès à Bombay : les aventures de l'inspecteur Dhar. L'acteur principal des films n'est autre que le fils adoptif de Farrokh, John D, lui aussi un expatrié qui vit entre Bombay et la Suisse. A Bombay Dhar-John D que tout le monde reconnaît est "un personnage que l'on adore haïr". Son célèbre sourire narquois, ses répliques cultes témoignant de son sentiment de supériorité sont attendus et conspués.

    Et voici que débarque un missionnaire américain qui se trouve être le frère jumeau de John D. Voici qu'un membre du club que fréquentent les époux Daruwalla à Bombay est assassiné. Il y a aussi une jeune prostituée et un petit mendiant que nos héros veulent sauver de la rue. Un transsexuel qui s'est fait opérer pour devenir une "femme-femme".

    L'histoire part dans tous les sens avec des personnages originaux et bien analysés. Au début j'ai eu parfois un peu de mal à m'y retrouver mais petit à petit les éléments se mettent en place et, à partir du chapitre 9 (il y en a 27), j'ai été prise, emballée par les nombreuses péripéties qui permettront finalement à Farrokh de trouver "d'où il est". Les personnages sont sympathiques (Farrokh est un modèle d'honnête homme), il y a de l'humour et la philosophie de la vie qui se dégage de ce roman me convient tout à fait. Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu de John Irving, le dernier (Une veuve de papier) m'avais moins plu, si je me souviens bien.
     

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :