• Anne Appelbaum, Goulag, une histoire, Grasset

     

    Dans cet ouvrage très complet, on trouve une chronologie du goulag, des premiers camps des îles Solovetski à la chute de l'URSS : rationalisation du fonctionnement des camps, gigantomanie des années 30 avec le creusement du canal de la mer Blanche, expansion vers l'est, années difficiles de la seconde guerre mondiale, mort de Staline, époque des dissidents.




    Une partie est consacrée aux conditions de vie dans les camps - depuis l'arrivée, en passant par le travail, les châtiments et les récompenses, les stratégies de survie, les tentatives d'évasion et la rébellion.

    L'ensemble se veut un ouvrage de vulgarisation et la lecture est facilitée par la présence de nombreux témoignages.
    Après avoir déjà lu plusieurs autres ouvrages sur le goulag, j'ai encore appris des choses sur le sujet.


    Encore plus de lectures sur le sujet :

    Sous la direction de Stéphane Courtois, Le livre noir du communisme, R. Laffont, 1997.

    Tous les crimes du communisme sont abordés ici, pas seulement le goulag auquel une cinquantaine de pages sont consacrées. On fera aussi connaissance avec les camps d'Europe de l'est, le laogaï (goulag chinois) et autres camps asiatiques, les camps d'Amérique du sud.


    Selon les auteurs, la lecture est plus ou moins abordable mais toujours intéressante et instructive.

     


    Joël Kotek et Pierre Rigoulot, Le siècle des camps, Lattès, 2000.


    Ici, c'est tous les camps du 20° siècle qui sont étudiés, qu'ils soient de droite, de gauche ou coloniaux. Un chapitre est consacré au goulag. Encore un ouvrage fort instructif.


     

    Ces deux études plus générales permettent aussi la comparaison. On trouve de nombreux points communs entre ces camps de toutes origines.
    Une lecture à éviter si vous êtes dans une période de découragement par rapport à la nature humaine.



    L'expérience du goulag a aussi produit de nombreux récits autobiographiques et témoignages. Une façon d'aborder le sujet de manière plus vivante et plus personnelle.


    Margarete Buber-Neumann, Déportée en Sibérie, Points.
    Suivi de : Déportée à Ravensbrück.

    Margarete Buber-Neumann (1901-1989) était la femme de Hans Neumann, cadre du parti communiste allemand dans les années 30. Après l'arrivée au pouvoir d'Hitler, les Neumann se réfugient en URSS. Au moment des grandes purges de 1937 ils sont arrêtés. Hans Neumann disparaît. On suppose qu'il est mort peu après son arrestation. Margarete est envoyée au goulag, ce qu'elle raconte dans Déportée en Sibérie. Après le pacte germano-soviétique (1939) Staline livre à Hitler les communistes allemands qu'il détenait. Margarete est alors Déportée à Ravensbrück.



    A travers ces deux ouvrages qui permettent une comparaison des deux systèmes concentrationnaires, on découvre une femme d'une grande valeur morale, qui est toujours restée fidèle à ses convictions et qui ne s'est pas compromise, même dans les pires moments.

     


    Jacques Rossi, Qu'elle était belle cette utopie ! chroniques du goulag, Le Cherche midi.
    Jacques Rossi et Michèle Sarde, Jacques le Français, Pocket.

    Jacques Rossi (1909-2004) a adhéré très jeune au parti communiste et est devenu agent de renseignements du komintern. En 1937 il est arrêté et condamné au goulag. Il comprend bientôt que "le goulag n'est pas une perversion du système mais le système lui-même".

    Dans cette histoire de sa vie (Jacques le Français) la période de la détention tient la plus grande place. mais Jacques plaide coupable : il a été un rouage du système, il accepte que le système se débarrasse de lui.
    Ici aussi on découvre une personnalité de valeur qui a su reconnaître ses erreurs et évoluer positivement à travers des situations extrêmement difficiles.


    Varlam Chalamov, Récits de la Kolima.

    Ecrivain et poète soviétique, Chalamov (1907-1982) a passé de nombreuses années au goulag. De cette expérience il tire les récits relativement courts de Kolima.


    Son propos est de montrer qu'au goulag c'est chacun pour soi, qu'aucune solidarité ne joue dans des conditions de survie aussi rudes. Cependant les récits démentent régulièrement une telle thèse. En effet, on fait connaissance encore une fois avec une grande conscience morale. Au travers des épreuves, Chalamov a gardé toute son humanité.






    Donc, si vous voulez trouver matière à espérer dans l'espèce humaine, c'est plutôt ces souvenirs qu'il vous faudra lire que des études historiques.
    En effet, chacun de ces trois témoins m'a impressionnée par les qualités morales dont il a fait montre à travers l'épreuve.


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :