• Pavol Rankov, C'est arrivé un premier septembre, Gaïa

     

    Pavol Rankov, C'est arrivé un premier septembre, Gaïa"Tous les personnages du roman C'est arrivé un premier septembre sont fictifs. Ils ont d'abord vécu à l'époque et dans les lieux que décrivent ces pages; l'auteur les a ensuite imaginés.

    Tout est imaginé. Rien n'est jamais arrivé, personne n'a jamais vécu.

    Il n'y a même jamais eu de premier septembre."

     

    1° septembre 1938, à Levice, Tchécoslovaquie. Trois amis de treize ans, Peter le Hongrois, Jan le Tchèque et Gabriel le Juif, se retrouvent à la piscine municipale en cette belle journée. Les trois garçons sont amoureux de Maria la Slovaque, leur camarade de classe. Ils décident d'organiser une course à la nage pour savoir lequel des trois pourra le premier tenter sa chance auprès d'elle. Cette date fondatrice renforce leur amitié et lie les quatre personnages. Le roman les suit, année après année, jusqu'en 1968. Chaque année correspond à un chapitre avec un focus sur le premier septembre. C'est l'occasion de présenter les grands traits de l'histoire de la Tchécoslovaquie durant cette période.

     

     

    Pendant la seconde guerre mondiale la Tchécoslovaquie est partagée entre l'Allemagne nazie et la Hongrie, Levice devient Hongroise. Après la guerre le pays retrouve son unité mais passe sous la domination soviétique. Levice est "reslovaquisée" et des habitants d'origine hongroise dont les familles vivaient dans la région depuis des siècles sont expulsés vers la Hongrie. Ce qui me frappe c'est à quel point la nationalité est importante, même sous la période communiste, ce qui fait que parfois on pourrait croire qu'il y a déjà deux pays : la Tchéquie et la Slovaquie. Bien sûr les vies des personnages sont affectées par les événements. Peter, communiste sincère, fait carrière dans le journalisme au service d'organes du Parti. Il devient le spécialiste du slogan de propagande qui fait mouche. Il constate cependant les mensonges et les crimes du régime dont il arrive de moins en moins à se dire qu'il s'agit d'erreurs.

     

     

    J'ai trouvé cette lecture intéressante. Ce que j'ai le plus apprécié c'est qu'au milieu d'une description réaliste de la vie de ses personnages l'auteur glisse, à l'occasion, un petit conte qui prend une figure politique comme cible et en fait ressortir les travers ou les méfaits sur le ton de l'humour noir.

     

    C'est une lecture commune avec PatriceLa jument verte et La barmaid aux lettres.


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 6 Septembre à 20:34

    Merci de m'avoir rejoint pour cette lecture commune. Je suis heureux que tu aies mentionné en fin de billet les messages glissées par l'auteur, avec un humour particulier. C'est aussi une des choses qui m'a plu dans ce livre. 

      • Dimanche 6 Septembre à 20:45

        J'ai particulièrement aimé l'histoire du camarade Klement en fabricant de cercueils.

    2
    Valentyne
    Vendredi 18 Septembre à 06:58
    Valentyne
    Hello
    Tu as été plus sensible que moi à l'humour...
    J’avoue être passée à côté : de l’humour pas du livre que j’ai trouvé excellent

    Bonne journée
      • Vendredi 18 Septembre à 09:07
        C'est très ponctuel, ces petits moments.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :