• Anita Nair, Compartiment pour dames, Picquier


    Le père d'Akhila est mort quand elle avait 19 ans. Fille aînée elle a du travailler pour subvenir aux besoins de sa famille. Elle a sacrifié sa jeunesse pour les siens et tout le monde a trouvé cela normal. Le temps a passé. Ses frères et sa soeur se sont mariés et Akhila est restée célibataire. Sa mère est morte à son tour mais Akhila est restée akka, la soeur aînée dévouée dont la personnalité s'est effacée derrière ce rôle. Aucun de ses proches n'imagine qu'elle puisse avoir des désirs propres et elle-même semble l'avoir presque oublié.

    Cependant, à 45 ans, Akhila commence à se lasser de cette place que les circonstances lui ont assignée et se pose des questions sur son avenir : va-t-elle continuer à nier ce qu'elle ressent ou va-t-elle enfin exister pour elle-même ? Elle a besoin de temps pour y réfléchir et décide de partir en voyage. Elle prend un billet de train pour Kanyakumari, à l'extrémité sud de l'Inde, là où trois mers se rencontrent. L'océan indien, la baie du Bengale et la mer d'Arabie. Elle réserve une couchette dans un compartiment pour dames.

    Elle se retrouve là avec cinq autres femmes avec qui elle va passer la nuit et à qui elle pose la question qui la taraude : une femme peut-elle vivre sans homme ?
    Pour répondre à la question, chacune de ces femmes va raconter sa propre histoire. Akhila puisera dans ces itinéraires la force de faire un choix personnel.

    Il y a Janaki, une dame d'un certain âge que son mari a toujours entourée et traitée comme si elle était incapable de se débrouiller seule. Elle l'a d'abord accepté comme quelque chose de normal, puis cela lui est devenu insuportable, enfin elle s'est aperçue qu'elle aimait son mari.

    Il y a Sheela, 14 ans, qui a accompli le dernier voeux de sa grand-mère mourante, malgré la désaprobation de sa famille.

    Il y a Margaret qui a trouvé comment neutraliser son mari, directeur d'école autoritariste qui traumatisait ses élèves avec ses punitions sadiques.

    Il y a Prabha Devi. Epouse parfaite et mère modèle elle a oublié qu'elle était aussi une femme. A 40 ans elle décide de s'accorder un peu de temps et d'apprendre à nager.

    Enfin il y a Marikolanthu. Mère célibataire à la suite d'un viol il lui a fallu de nombreuses années avant de surmonter son traumatisme et d'accepter son fils.

    Un bien bon roman. Il est écrit dans un style simple et plein d'heureuses trouvailles. Les récits de ses compagnes font revenir à la mémoire d'Akhila des épisodes de sa propre vie et la narration alterne histoires des unes et souvenirs de l'autre. Bien sur les vies de ces femmes sont influencées par le poids de la société traditionnelle indienne mais leurs aspirations sont universelles. Ce roman nous invite à nous pencher sur une question qui concerne chacun d'entre nous : comment être maître de son destin ?
     

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Marie-Françoise
    Jeudi 5 Avril 2007 à 12:00
    J'ai beaucoup aimé aussi !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :