• Anonyme, Une femme à Berlin, journal, 20 avril-22 juin1945, Gallimard


    Journaliste, Allemande, l'auteur avait une trentaine d'années au moment de la chute de Berlin à la fin de la deuxième guerre mondiale. Elle a tenu son journal de ces journées difficiles.

    D'abord, alors que les Soviétiques sont aux portes de la ville, les Berlinois se terrent dans les caves par peur des bombardements. L'auteur qui loge sous les toits est hébergée par une veuve qui habite plus bas, ce qui lui permet de gagner rapidement la cave en cas d'alerte. Chacun a descendu avec soi ses objets les plus précieux. Quand on peut sortir on en profite pour faire la queue pour l'eau, pour la nourriture. Tous les efforts sont organisés dans l'optique de la survie.

    Le 27 avril les premiers Soviétiques arrivent dans le quartier de l'auteur. Les bombardements sont terminés, les viols commencent. On estime à plus de    100 000 le nombre de Berlinoises victimes de viols en cette fin de guerre. Viols collectifs, viols à répétition, viols devenus presque banals puisque la première question entre deux femmes qui se rencontrent est à cette époque : "Alors, combien de fois?"

    Aussi l'auteur du journal se met en quête d'un protecteur, un officier qui fera barrage aux autres hommes et qui l'approvisionnera en nourriture. Elle a des rudiments de Russe qui lui permettent de nouer des relations plus facilement avec les vainqueurs. Après le départ du premier officier, elle en recrute un deuxième.

    A partir du 9 mai les Soviétiques quittent l'immeuble et l'auteur peut enfin dormir seule. A ce moment là elle est réquisitionnée, avec d'autres, pour participer à divers travaux : déblaiement des ruines, récupération de matériaux et de machines qui peuvent encore servir et qui sont expédiés vers l'URSS, lavage du linge de l'occupant...
    Petit à petit un rationnement se remet en place : on touche des tickets, on peut acheter de la nourriture. L'eau revient dans l'immeuble.

    Le journal s'arrête le 22 juin, juste après le retour de Gerd qui fut le compagnon de l'auteur. Gerd qui ne comprend pas ce qu'elle a vécu en son absence et qui le lui reproche : "Vous êtes devenues aussi impudiques que des chiennes, toutes autant que vous êtes dans cette maison. (...) C'est épouvantable d'avoir à vous fréquenter. Vous avez perdu tout sens des normes et des convenances."

    Quand cet ouvrage est paru pour la première fois en Allemand, en 1957, il a suscité le même genre de réactions et l'auteur a été accusée d'immoralité éhontée. Ce qui a choqué, c'est la façon presque froide dont les faits sont racontés. L'auteur est un témoin qui ne cache rien : les compromissions et la lâcheté mais aussi la solidarité. Elle-même apparaît comme une personne qui réfléchit, prête à beaucoup pour survivre mais pas à n'importe quoi. Je la trouve admirable car très courageuse. Un document frappant qui me donne envie d'en lire plus sur ces événements.

     

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :