• Boris Akounine, Pélagie et le moine noir, Presses de la cité


    Au Nouvel Ararat, un monastère de l'évêché de Zavoljsk, plusieurs témoins dignes de foi ont vu Saint Basile revenu sur terre, marchant sur l'eau et criant des avertissements inquiétants. Mais l'apparition est-elle envoyée par Dieu ou par le Diable ? Ou s'agit-il d'une mystification ? Pour enquêter l'évêque Mitrophane envoie tour à tour des émissaires de choix. Mais voila qu'ils sont victimes du revenant. Les nonnes étant interdites sur le territoire du Nouvel Ararat, soeur Pélagie doit se faire passer pour une laïque pour intervenir.

    Le premier épisode de la série (Pélagie et le bouledogue blanc) m'avait moyennement plu. J'ai bien fait de persévérer avec le deuxième qui m'a réjouie. Sous son déguisement, Pélagie rencontre en effet des personnages hauts en couleur. Il faut dire que l'île sur laquelle se trouve le monastère abrite aussi une maison de fous et notre soeur est à un moment en grand danger de tomber amureuse d'un histrion séduisant. Il y a aussi une femme fatale prête à tout pour se débarrasser d'une éventuelle rivale.

    Boris Akounine fait preuve de beaucoup d'imagination ce qui lui permet de fouiller ses personnages et d'avoir une histoire à raconter sur chacun d'entre eux. Le supérieur du monastère, le père Vitali, est ainsi un efficace homme d'affaire qui a fait du Nouvel Ararat un centre de pèlerinage couru par toute la bonne société russe. Menant ses moines d'une main de maître, il rentabilise au mieux leur activité.
    Tout ceci est écrit dans un style léger et fort amusant. Il m'est venu à l'esprit en le lisant que les traducteurs avaient bien fait leur travail.


     

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :