• Radhika Jha, L'odeur, Picquier


    D'origine indienne Lîla est née et a grandi au Kenya. Quand le père de famille est tué, victime d'une émeute, la famille doit se disperser. Sa mère et ses deux jeunes frères sont accueillis chez un parent en Grande-Bretagne. Quant à Lîla, âgée de 18 ans, elle est envoyée chez le frère de son père, en banlieue parisienne.

    Une période difficile commence alors pour Lîla. Sur le chemin de l'émancipation elle doit couper les liens avec sa famille, son oncle et sa tante qui l'utilisent comme domestique, sa mère qui l'oublie pour se remarier. Elle découvre l'attrait qu'elle exerce sur les hommes, des hommes pas toujours désintéressés.

    Sa particularité est d'avoir un odorat particulièrement développé. Cette faculté est une bénédiction ou une malédiction. Bénédiction quand elle se met à la cuisine car les épices et les ingrédients lui parlent par l'odeur et elle sait sans goûter ce qu'il faut pour obtenir le plat parfait.
    Malédiction dans ses périodes difficiles car alors elle ne peut littéralement plus se sentir. Elle a l'impression qu'elle pue et que tout le monde s'éloigne d'elle, dégoûté par cette odeur infecte :

    "
    Mon odeur de pourri m'enrobe comme un linceul et fermente avec suavité. Je décide que mon corps pue plus fort qu'une benne à ordures. A l'inverse du camion à ciel ouvert où s'accrochent chaque jour les éboueurs, mon odeur reste bouclée à l'intérieur, en un lieu privé d'air et de lumière et filtre par tous mes pores comme un redoutable déchet chimique auquel personne ne veut toucher. Je sens ses relents d'épices tout autour de moi, agglutinés à l'air humide, et la puanteur d'aliments pourris s'accentue chaque fois que je prends une inspiration."

    Il faudra à Lîla rencontrer enfin des personnes qui l'apprécient pour elle-même pour comprendre que cette puanteur n'était qu'une barrière qu'elle érigeait entre elle et le monde et accepter de prendre en main sa vie.

    Je pense que L'odeur retranscrit bien les sentiments et l'état d'esprit dans lequel peut se trouver une jeune fille de 18 ans, livrée à elle-même dans un pays étranger. Radhika Jha montre bien la difficulté d'accéder à l'indépendance quand on n'est pas entouré par des personnes bienveillantes.

     

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :