• V. S. Naipaul, L'Inde, un million de révoltes, 10-18


    A la fin des années 1980 V. S. Naipaul entreprend un long voyage en Inde. Durant ce périple il rencontre des Indiens qu'il interroge sur leur conception de la vie, leur engagement politique ou religieux. Ce sont ces entretiens qu'il relate dans Un million de révoltes. Il s'agit donc de journalisme mais de journalisme approfondi car V. S. Naipaul a vraiment le talent d'écouter et de questionner pour faire ressortir chez ses interlocuteurs l'essentiel de leurs choix et de leurs motivations.

    A Madras, V. S. Naipaul part sur les traces de Periyar, fondateur d'un mouvement rationaliste et anti-brahmane en rencontrant Veeramani qui fut un de ses disciples. Ce mouvement est mené par des membres des castes moyennes qui critiquent la domination des brahmanes mais n'accordent aucun intérêt au sort des basses castes. Mon voisin me souffle que V. S. Naipaul étant lui-même brahmane il ne peut pas -malgré ses tentatives- être objectif sur ce sujet. Ce qui me frappe, moi, c'est la ressemblance de ces rationalistes qui ont érigé le refus de la religion en religion avec notre "Libre pensée". Sur la tombe de Periyar est gravée cette incantation : "Il n'y a pas de Dieu. Il n'y a pas de Dieu. Il n'y a pas du tout de Dieu. Celui qui a inventé Dieu est un sot. Celui qui propage Dieu est une canaille. Celui qui vénère Dieu est un barbare."
    A Madras, V. S. Naipaul fait également connaissance avec Kakusthan, un brahmane qui s'efforce de vivre pleinement selon le code brahmane.

    A Calcutta, ville qui tombe en ruines, V. S. Naipaul rencontre plusieurs anciens militants communistes, maoïstes, naxalites, actifs dans les années 60-70. Ici aussi on peut voir de nombreux parallèles avec l'engagement de jeunes occidentaux à la même époque. Des étudiants s'engagent auprès des paysans ou des ouvriers, une partie d'entre eux dérape vers la violence et les attentats.

    A Amritsar, autour du temple d'or, V. S. Naipaul s'intéresse aux dérives terroristes du mouvement sikh en rencontrant des personnes ayant approché Bhindranwale qui en fut le gourou. De 1982 à 1984 Bhindranwale occupa avec ses hommes le temple d'or à partir duquel ils organisaient attentats et assassinats, avant d'en être délogés par la force par l'armée. V. S. Naipaul s'interroge sur ce qui peut mener des croyants à cette violence.

    Enfin V. S. Naipaul termine son séjour par un retour au Cachemire où il résida quatre mois lors d'un précédent voyage en 1962. C'est l'occasion pour l'auteur de comparer l'évolution de l'Inde en 27 ans. La population s'est densifiée et la foule envahit les abords et la surface du lac de Srinagar.

    Un million de révoltes est un livre dense qui ne se lit pas si facilement. Mais si on s'y tient c'est l'occasion de rencontres passionnantes. De plus V. S. Naipaul écrit très bien et donne aussi des descriptions pittoresques :

    "La route, très encombrée, reflétait l'activité agricole, mais les camions, quoique décorés avec amour, étaient surchargés de façon typiquement indienne et conduits très vite et très près les uns des autres, comme si le métal était quelque chose d'incassable et faisait de l'homme un dieu, comme si on pouvait tout demander à un moteur, un volant et des freins. Entre Goa et Bangalore, ce jour-là, au cours de sept graves accidents de la circulation, dix ou douze camions avaient été réduits en bouillie et des gens avaient presque certainement trouvé la mort. Des camions avaient quitté la route et fini dans des étangs; d'autres s'étaient rentrés dedans. Les habitacles des camionneurs s'étaient pliés en accordéon, du verre avait volé en éclats. Des essieux s'étaient rompus, des roues s'étaient écartées du châssis selon des angles bizarres; parfois même, tels des animaux vulnérables, au ventre mou, des camions s'étaient retournés sous leur cruel chargement, montrant le délabrement et la rouille de leurs abdomens de métal et la surface lisse de leurs pneus rechapés."


     

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :