• Céline Minard, Faillir être flingué, Rivages poche

     

    Céline Minard, Faillir être flingué, Rivages pocheAu début du roman différents personnages traversent les Grandes plaines américaines. Il y a les deux frères Jeffrey et Brad qui transportent dans leur chariot leur vieille mère mourante. Ils sont accompagnés de Josh, le fils de Brad.Il y a Zébulon qui a volé à Elie le cheval que ce dernier avait volé à Bird. Il y a une Indienne chamane, Eau-qui-court-sur-la-plaine, qui fait le lien entre eux. Le lecteur découvre les personnages sans présentation préalable. On apprend petit à petit qui ils sont et ce qui les a menés là. Du coup il m'a fallu un peu de temps pour arriver à repérer qui était qui et avant ça j'ai eu tendance à confondre les personnages ce qui m'a un peu agacée. Cette première partie dure une centaine de pages (sur 300). A l'issue ça y est, les repères sont posés.

    Après leur traversée des plaines, les personnage se trouvent dans une ville en construction où ils s'installent. Ils font connaissance, apprennent à s'apprécier, montent leur activité et construisent une petite société d'où les méchants sont bannis.

     

     

     

    Qu'est-ce que c'est que ce roman ?

    Une sorte de western où "le mythe de l'Ouest américain est revisité" nous dit l'éditeur en quatrième de couverture. Et oui, c'est bien ça mais on reste dans le mythe, ce qui m'a amenée à m'interroger sur ce qu'avait vraiment été cette conquête de l'Ouest.

    Une ode à la nature sauvage au contact de laquelle les protagonistes sont transformés. En même temps, en filigrane, apparaissent les prémices de la destruction de cet environnement. Le constructeur d'un établissement de bains organise l'évacuation des eaux usées vers la rivière voisine; l'agriculteur s'accapare tout l'espace qu'il a pu parcourir en une journée, défriche la plaine et abat un ours qui s'était aventuré trop près de sa ferme; le médecin empoisonne tout un village indien en vaccinant ses habitants avec un vaccin périmé.

    Une écriture travaillée, je le vois, et où je trouve des accents poétiques, mais j'ai toujours préféré un style plus classique.

    Pour toutes ces raisons c'est une lecture qui m'a déconcertée et qui me laisse sur un avis mitigé.

     

     


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 10 Octobre à 21:01
    krol

    Oui, j'ai lu beaucoup d'avis mitigés sur ce titre, ce qui fait que je n'ai jamais franchi le pas pour le lire. Malgré un avis très enthousiaste d'une amie.

      • Jeudi 11 Octobre à 10:50

        La mise en route est bien longue.

    2
    keisha
    Jeudi 11 Octobre à 14:44
    keisha

    Oui, on se mélange bien. Une auteur fort intéressante, qui renouvelle pas mal ses thèmes, mais parfois déconcertante

      • Jeudi 11 Octobre à 18:07

        C'était le premier d'elle que je lisais. Peut-être pas le meilleur pour commencer, alors ?

    3
    Vendredi 12 Octobre à 13:38
    Electra

    Oui, j'avais bien aimé mais je l'avais trouvé un peu brouillon et une mise en route assez longue. Pas très marquant ! par contre j'ai adoré La note américaine biggrin

      • Vendredi 12 Octobre à 18:01

        Oui, j'en ai d'ailleurs fini la lecture, il faut que je me décide à écrire ma chronique.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :