• Comtesse de Ségur, Les malheurs de Sophie, Le livre de poche

    Comtesse de Ségur, Les malheurs de Sophie, Le livre de pocheEnfant j'ai été une grande fan de la comtesse de Ségur et j'ai lu et relu tout ce qui pouvait passer entre mes mains de cette auteure découverte dans de vieilles éditions appartenant à ma mère. Cela faisait longtemps que je n'y était pas revenue bien que l'idée m'en passât parfois par la tête. La sortie du film de Christophe Honoré dont j'ai lu de bonnes critiques me pousse à franchir le pas. Justement je suis à Paris pour une semaine de vacances. Hop, un petit tour chez Gibert et j'ai entre les mains Les malheurs de Sophie et Les petites filles modèles dont s'est inspiré le film que j'irai voir ensuite.

     

     

    Plutôt que des malheurs de Sophie, c'est des bêtises de Sophie qu'il faudrait parler car Sophie fait tout ce qui lui passe par la tête -et il en passe des choses dans cette petite tête. Généralement cela se termine mal, Sophie pleure, se repent et promet d'obéir à l'avenir, puis elle oublie et recommence. Aussi il faut dire que Sophie a quatre ans et que sa bonne qui est sensée la surveiller le fait avec peu de zèle. Mme de Réan, la maman de Sophie, est au salon, M. de Réan à Paris. Il y a aussi le cousin Paul. Paul est un grand garçon -il a six ans !- et sérieux, qui modère Sophie. Mais bon, des fois aussi il se laisse entraîner.

     

     

    On pourrait par contre parler des malheurs des animaux que côtoie Sophie. Parce que Sophie aime les bêtes mais hélas, son amour est mortel. Successivement elle adopte un poulet, un écureuil, un chat, un âne, une tortue et immanquablement cela se termine très mal. Quand on propose à Sophie des cochons d'Inde, sa maman dit non. Sophie est triste. Le lecteur se réjouit pour les cochons d'Inde. De mon côté je ne peux m'empêcher de penser qu'aujourd'hui on ne laisserait pas deux enfants de quatre et six ans s'amuser avec un âne attelé à une carriole sans la surveillance d'un adulte.

     

     

    J'ai apprécié cette lecture. Le fond est assez moralisateur. J'ai même la sensation que parfois, les mamans laissent les enfants se mettre dans des situations délicates pour pouvoir leur faire ensuite la leçon. La forme cependant n'est pas niaise. C'est bien écrit et enlevé, souvent sous forme de dialogues, sans doute facile d'accès pour un jeune lecteur qui doit encore y trouver matière à s'amuser.

     


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    keisha
    Dimanche 1er Mai 2016 à 18:24

    Bien sûr je les ai lus (j'ai encore les livres), je me demande si j'aimerais encore maintenant... Tu penses voir le film?

      • Dimanche 1er Mai 2016 à 20:38

        Ca y est, le film est vu. J'en parle bientôt.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :