• Fiona Schmidt, Lâchez-nous l'utérus !, Marabout

    Fiona Schmidt, Lâchez-nous l'utérus, Marabout En finir avec la charge maternelle

    Fiona Schmidt est journaliste, militante féministe et créatrice du compte Instagram @bordeldemeres. Je l'ai rencontrée au Festival International de Journalisme à Couthures sur Garonne où elle était venue témoigner de son choix de ne pas avoir d'enfant. Lors d'une table ronde à laquelle elle a participé plusieurs jeunes femmes sont intervenues pour dire qu'elles non plus ne souhaitaient pas avoir d'enfant ce qui était mal accepté par leur entourage. On leur oppose qu'elles changeront d'avis ou qu'elles le regretteront. Entre 32 et 37 ans l'autrice elle-même a consulté sept gynécologues pour leur demander une stérilisation, tous ont refusé. J'ai été surprise de découvrir que la parole des femmes est encore aussi peu écoutée de nos jours.

     

     

    La charge maternelle c'est le fait que tout ce qui concerne la maternité et les enfants est souvent considéré comme concernant les femmes en priorité. La contraception repose sur les femmes. Quand un couple ne peut pas avoir d'enfant c'est d'abord la femme qui est supposée stérile et subit des examens invasifs alors qu'un spermogramme est facile et indolore. Dans un couple la charge des tâches ménagères revient majoritairement à la femme. Si la participation des hommes a augmenté ces dernières années, celle des femmes aussi ce qui fait que le différentiel reste le même: près du double de temps en moyenne pour les femmes. Et tout ça en s'occupant des enfants.

     

     

    La charge maternelle ce sont aussi les injonctions contradictoires qui pèsent sur les femmes. Il faut faire ses enfants jeunes mais pas trop. Il faut accoucher en restant sexy. Il faut être active et s'occuper de ses enfants. Je comprends que l'usage de mettre en scène sa vie sur les réseaux sociaux où on peut voir des photos de mères épanouies et cool qui réussissent naturellement tout ce qu'elles entreprennent, qui répètent que la maternité "c'est que du bonheur", place la barre plus haut de nos jours qu'avant l'internet.

     

     

    L'autrice s'est appuyée sur des ouvrages féministes (beaucoup de citations de Sorcières de Mona Chollet que cela me convainc de lire), sur des études et statistiques et sur de nombreux témoignages recueillis via son compte Instagram. Le résultat est vivant et facile à lire car le ton est plein d'humour. En conclusion Fiona Schmidt appelle à une solidarité féminine, une sororité, et à une éducation moins genrée des filles et des garçons. J'ai trouvé que c'était une lecture amusante et qui m'a donné à réfléchir. Il m'a semblé que c'était un livre qu'on pourrait offrir à de futurs parents pour les inciter à inventer leur propre parentalité plutôt qu'à se conformer aux injonctions de la société.

     


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 23 Août à 15:44

    Coucou !! Merci pour cette chronique très importante ! Pour ma part, je ne veux pas d'enfant, j'ai eu droit à quelques remarques (et je suis dans cette fameuse tranche d'âge...), mais mon entourage et le milieu militant dans lequel j'évolue sait très bien que c'est un choix clair et assumé de ma part ! Concernant la contraception, il existe pour les hommes le remonte-couilles : au contact de la chaleur humaine, les testicules voient leur température augmenter, ce qui neutralise les spermatozoïdes. Espérons que cette contraception fasse son chemin ! Quoique... Ferions-nous confiance aux hommes pour assurer nos arrières ?! Hihihi ! A tout bientôt, Lybertaire

      • Mercredi 24 Août à 11:46

        Bonjour, j'avais déjà vu quelque chose sur cette méthode de contraception. Je dois dire que je me suis posé la même question que toi...

         

    2
    Jeudi 25 Août à 10:06

    Eh oui, on a certes la charge mentale de la contraception, mais au moins on sait qu'elle est bien prise !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :