• Fleur Daugey, Animaux homos, Albin Michel

     

    Fleur Daugey, Animaux homos, Albin MichelHistoire naturelle de la sexualité

    "Si les animaux se comportent d'une façon que nous jugeons bonne, nous la qualifions de "naturelle". S'ils font quelque chose qui nous déplaît, nous appelons ce comportement "bestial". James Weinrich, Is homosexuality biologicaly natural ?, 1982

     

    Fleur Daugey est une journaliste scientifique, éthologue de formation. Dans cet ouvrage elle "nous fait découvrir les multiples facettes, parfois bien surprenantes, de la sexualité animale, qui n'est pas que tournée vers la reproduction, et en dégage la signification au regard de l'évolution des espèces." (quatrième de couverture)

    L'homosexualité, c'est pas naturel ? Fleur Daugey prouve le contraire. Son propos est clairement militant. Il s'agit de contrer des mouvements homophobes tels que la Manif pour tous. Car l'homosexualité est dans la nature. Elle a été documentée scientifiquement chez près de 500 espèces de l'ensemble du règne animal.

     

     

    J'ai ainsi appris que des femelles perruches se mettaient en couple pour couver leurs oeufs après le départ des mâles qui les ont fécondées. Elles adoptent alors des comportements réservés aux mâles dans les couples hétérosexuels. "Pour séduire une autre femelle, les macaques rhésus femelles se lancent dans des parties de cache-cache endiablées qu'elles ne proposent jamais aux mâles". Ces taquineries débouchent sur un accouplement. Des relations homosexuelles ont été observées chez plusieurs espèces de dauphins. Les mâles dauphins roses de l'Amazone insèrent leur pénis dans la fente génitale, l'anus ou l'évent d'un autre mâle. Il y a de nombreux autres exemples, également chez les insectes et même les poissons !

     

     

    L'ouvrage commence par un point historiographique. Depuis l'Antiquité grecque des auteurs ont constaté des comportements homosexuels chez des animaux et ont tenté de rendre compatibles leurs observations et leurs préjugés. Il s'agirait d'erreurs, de comportements de domination ou induits par la captivité. Des expressions telles que "comportement sexuel inapproprié" ou "anormal" perdurent dans la littérature scientifique jusqu'à la fin du 20° siècle, empêchant, estime l'autrice, une véritable réflexion sur leur sens biologique. Ce n'est qu'au début du 21° siècle que la question commence d'être étudiée de façon plus objective.

     

     

    D'après la théorie de l'évolution des espèces de Darwin, le but ultime de la vie serait la reproduction. Comment intégrer dans cette théorie les comportements homosexuels des animaux ? Certains scientifiques (Bruce Bagemihl) pensent aujourd'hui que les être vivants disposent d'un trop plein d'énergie auquel il faut trouver un exutoire. La sexualité serait un moyen d'utiliser cette énergie et l'homosexualité une des multiples formes issues de l'extravagance biologique. Cette théorie, que j'ignorais totalement, est celle qui m'a le plus frappée. Il y a d'autres explications proposées, moins audacieuses.

     

    C'est un ouvrage que j'ai trouvé intéressant et plutôt accessible.


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 1er Octobre à 23:00

    LEs ouvrages abordables sur les animaux m'intéressent mais sur ce thème-là moins...

      • Jeudi 3 Octobre à 16:52

        J'ai en tout cas appris des choses que j'ignorais totalement.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :