• Nellie Bly, Le tour du monde en 72 jours, Editions du sous-sol

    "Jamais douté du succès de Nellie Bly, son intrépidité le laissait prévoir. Hourra ! Pour elle et pour le directeur du World ! Hourra ! Hourra !" Jules Verne.

    Le 14 novembre 1889, à 9 h 40 et 30 s., Nellie Bly, jeune journaliste américaine -elle a 25 ans-, se lance dans le défi de battre le record de Phileas Fogg de tour du monde en 80 jours. Emportant avec elle un simple petit sac de voyage et une seule robe -elle est telle qu'on la voit en photo sur la couverture du livre- elle embarque sur le paquebot Augusta Victoria.

     

     

    L'essentiel de son trajet est effectué en bateau, sauf entre Calais et Brindisi puis la traversée des Etats-Unis, à la fin de son périple. L'idée est d'aller le plus vite possible et les seules escales sont celles qui sont imposées par les horaires des compagnies de navigation. Quelques heures à Amiens pour saluer Jules Verne et sa femme, à Port Saïd, à Aden. Cinq jours -c'est le maximum- à Colombo, Hong-Kong, Yokohama. Ces escales lui permettent de faire connaissance avec la société coloniale locale et de traverser les quartiers autochtones.

     

     

    Je découvre une jeune femme intrépide et espiègle, très facilement moqueuse des travers des autres. Elle se lie aisément à ses compagnons de voyage et signale régulièrement qu'elle a affaire à "de jolis garçons", manifestement une situation qu'elle apprécie. Après une semaine passée ensemble dans l'espace restreint du bateau, les adieux à ses nouveaux amis sont parfois difficiles.

     

    Je remarque que la majeure partie de ce tour du monde se déroule dans l'empire britannique. Elle aussi : "Pendant mon voyage, et en réalisant que les Anglais se sont emparés de la quasi-totalité, pour ne pas dire la totalité, des ports stratégiques, j'ai éprouvé énormément de respect pour leur intelligence et pour la fierté qu'inspire ce drapeau régnant sur tant de cieux et de nationalités différentes". Il n'y a aucune critique de cette domination coloniale.

     

     

    Nellie Bly, Le tour du monde en 72 jours, Editions du sous-solEn plus du récit de Nellie Bly, l'éditeur a reproduit des articles du New-York World qui suit les aventures de sa journaliste autour du monde. Au milieu du livre il y a un cahier avec quelques photos et reproductions d'illustrations parues dans la presse à l'époque. Elle n'avait pas emporté d'appareil photo avec elle. J'ai apprécié cette lecture que j'ai trouvé plaisante.

     

     

    Un bémol ? Quelques "coquilles" grossières qui me sautent à l'oeil et me font m'interroger : erreur de traduction, de français ou de composition ? Un passage de la description du réveillon du 31 décembre 1889 est particulièrement remarquable à ce propos :

    "Ensuite un joyeux drille de Yokohama, accompagné de sa femme tout aussi enjouée, nous apprit une chanson nette (erreur de composition) entrainante : "Sweetly sings the donkey when he goes to grass, sweetly sings the donkey when he goes to grass, ech-ho ! Ech-ho ! Ech-ho !"

    Il y a une traduction en note (toutes les notes sont de la traductrice) : "Doucement chante le singe quand il va dans l'herbe (...)" Le singe ? ! Erreur de traduction !

    Et juste après la petite chanson : "Lorsque les huit coups sonnèrent, nous nous mîmes debout et entonnâmes "Ce n'est qu'un au revoir", le verre à la main. (...) 1889 était terminée, cédant la place à 1890, avec ses joies et ses peines."

    Ces huit coups finissent de me déconcerter.

    Quand même, cette lecture m'a donné envie d'en apprendre plus sur Nellie Bly et aussi de lire ses autres reportages. Le même éditeur a sorti récemment 10 jours dans un asile et 6 mois au Mexique. C'était une pionnière du journalisme d'investigation.

     


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    keisha
    Mardi 20 Décembre 2016 à 14:16

    Il faut passer par dessus ces erreurs (mais quand même, monkey /donkey...)

      • Mardi 20 Décembre 2016 à 21:31

        Oui, hein ? Et Nellie a fait en Asie l'achat d'un singe qu'elle emmène avec elle sur le bateau. Mais peut-être un âne, en fait ?

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :