• Philippe Bihouix et Karine Mauvilly, Le désastre de l'école numérique, Seuil

    Philippe Bihouix et Karine Mauvilly, Le désastre de l'école numérique, SeuilPlaidoyer pour une école sans écrans

     

    Depuis la lanterne magique à la fin du 19° siècle, les inventeurs et fabricants de nouvelles technologies ont tenté de convaincre l'école de s'équiper de leurs produits avec toujours les mêmes arguments : les élèves cesseront de s'ennuyer en classe et apprendront mieux. La lanterne magique a cédé la place au cinéma, puis à la radio, à la télévision. Voici venue l'époque du numérique.

     

     

    Les auteurs montrent pourquoi l'utilisation du numérique à l'école est une mauvaise idée : l'utilisation du numérique ne permet pas aux élèves de mieux réussir, c'est même plutôt le contraire. L'augmentation du temps passé devant des écrans a des conséquences négatives sur la santé : problèmes de vue, troubles du sommeil, anxiété et stress. La fabrication et le recyclage des ordinateurs ont un impact désastreux sur l'environnement. L'équipement des établissements avec ces appareils coûte cher, argent qui serait utilisé plus efficacement à soutenir des projets éducatifs innovants non numériques.

     

     

    J'ai hésité à lire ce livre parce que j'ai craint, vus le titre et le sous-titre, d'avoir affaire à des passéistes ronchons mais toutes les critiques sont étayées par des arguments et des études convaincantes. J'ai été particulièrement intéressée par les aspects écologiques de la question. De plus la lecture est facile, avec souvent une pointe d'humour.

    Les auteurs terminent leur ouvrage en énumérant rapidement quelques pistes pour une école sans écrans. Différentes alternatives pédagogiques sont présentées. Je regrette qu'au milieu de démarches innovantes on nous propose de rétablir le port de l'uniforme ou les surveillants généraux qui terrorisent les élèves comme moyens de lutter contre la violence à l'école. Personnellement j'y suis opposée. Mais tout le reste m'a convaincue.

     


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    keisha
    Mardi 7 Février à 08:16

    (oh mais les élèves sont déjà en uniforme : chaussures de sport, jean, sweat! ^_^)(seules les marques les différencient?)

    Je repense aussi à l'équipement dans les années 80 par une marque, le flop, mais les appareils étaient casés

    Plus sérieusement, j'ai tendance aussi à penser que le numérique ne changera pas grand chose pour la plupart, les élèves passent déjà pas mal de temps devant un écran, j'en ai même connu un qui aurait préféré bosser avec un livre que d'aller en salle informatique (oui, à l'époque de la 'salle informatique')

      • Mercredi 8 Février à 19:01

        Oui, les appareils sont casés. Et avec l'argent gagné les dirigeants des start up de la silicon valley paient des écoles privées sans numérique à leurs enfants.

    2
    Vendredi 17 Février à 22:21

    On pense en effet peu aux conséquences environnementales de tous ces choix ; en fait, on est incapable de recycler tout ça et ne parlons pas de tous les métaux rares nécessaires à leur fabrication (ça me fait penser à un livre très intéressant d'Ugo Bardi du Club de Rome que j'ai chroniqué l'an dernier).

    C'est vrai que tout est ensuite une allocation de moyens ; je pense de plus qu'on devrait reconnecter un peu plus les enfants à leur milieu naturel...

    Merci pour ce titre

    3
    Vendredi 17 Février à 22:22

    Ah, je n'avais pas vu que l'un des auteurs était Philippe Bihouix. Il a écrit un ouvrage intéressant sur les "low-tech"

      • Samedi 18 Février à 15:41

        Oui, j'ai aperçu ça dans sa bibliographie. J'ai lu de lui une intéressante interview dans La revue durable, c'est ça qui ma décidée à lire le présent ouvrage.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :