• Tracy Chevalier, La dernière fugitive, Quai Voltaire

     

    Tracy Chevalier, La dernière fugitive, Quai Voltaire

     

    Honor Bright est une Quaker, une Amie. Elle vit avec ses parents à Bridport en Angleterre. En 1850, quand sa soeur Grace part pour les Etats-Unis épouser son promis installé dans l'Ohio, Honor l'accompagne. Malheureusement Grace décède peu après leur arrivée en Amérique et Honor se retrouve isolée dans un pays si différent du sien.

     

     

    Ce roman me permet de découvrir la communauté quaker. A la lecture de la dédicace je comprends que Tracy Chevalier a fréquenté des Quakers et qu'elle a vécu dans les lieux où elle situe l'action de son roman. Les Quakers mènent une vie réglée et tempérée. Pas d'alcool, pas de tabac, pas de distractions inconvenantes ou d'oisiveté. Quand elle n'est pas occupée par les tâches ménagères, Honor confectionne des quilts. Il s'agit de courtepointes matelassées en patchwork (à la mode anglaise) ou en appliqué (à la mode américaine). En visite chez des voisines ou pendant ses moments de pause, Honor est toujours occupée. Elle découpe, elle faufile, elle assemble. Il y a plein de détails sur la fabrication et les différents motifs qui m'ont presque donné envie de me mettre au quilt. Le style d'écriture qui m'a paru un peu ennuyeux au début rend en fait fort bien l'ambiance de cette vie simple, généralement sans événements marquants.

    Tracy Chevalier, La dernière fugitive, Quai Voltaire

    Un quilt en patchwork avec le motif "étoile de Béthléem"

    Bon mais c'est un roman quand même et il faut donc bien des événements marquants. Il s'agira de la découverte par Honor et de sa participation au chemin de fer clandestin, le réseau d'aide aux esclaves en fuite. L'Ohio se situe à la frontière du Canada, pays refuge pour les fugitifs et les Quakers sont des abolitionnistes donc disposés à apporter leur soutien à ceux qui cherchent la liberté. Il y a une intéressante réflexion sur l'origine du coton utilisé pour les quilts et une volonté de s'approvisionner en produits du "commerce équitable" :

     

     

    Tracy Chevalier, La dernière fugitive, Quai Voltaire

     

    "Il y a eu un débat sur l'origine de ce coton : on s'est demandé s'il avait été cultivé et récolté par des esclaves. Judith Haymaker nous a assuré qu'Adam Cox l'avait acheté pour elle à un marchand de Cleveland qui travaille avec des plantations du Sud ne recourant pas aux esclaves. J'ai entendu parler d'un magasin à Cincinnati, tenu par un Ami, où toutes les marchandises sont garanties de provenance inattaquable sur ce plan-là."

     

    C'est donc finalement une lecture que j'ai trouvé plaisante. Une rapide recherche complémentaire sur les Quakers me confirme qu'il s'agit d'une intéressante communauté.

     

    Un quilt en appliqué


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 13 Novembre 2014 à 16:49

    J'aime beaucoup Tracy Chevalier. Le thème de ce dernier roman ne me tentait pas plus que ça mais après lecture de ton avis, je révise mon jugement. Il m'a l'air plutôt intéressant en traitant d'une partie de l'Histoire des USA sous un angle différent de ce dont on a l'habitude.

    2
    Jeudi 13 Novembre 2014 à 19:54

    Ces Quakers méritent d'être connus.

    3
    Samedi 24 Janvier 2015 à 09:21
    Soie

    Je me suis promis de découvrir Tracy Chevalier cette année.

    Elle écrit dans des registres très divers, je trouve (La Dame à la Licorne, Prodigieuses créatures, La dernière fugitive...)

    4
    Samedi 24 Janvier 2015 à 11:17

    Je ne connais rien d'autre d'elle.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :