• Yuval Noah Harari, Sapiens, Une brève histoire de l'humanité, Albin Michel

    Yuval Noah Harari, Sapiens, Une brève histoire de l'humanité, Albin MichelJe viens de terminer ce gros (500 pages) et fort intéressant ouvrage. La lecture m'en a pris quelque temps mais parce que j'avais pas mal d'activités annexes. C'est un livre qui me semble accessible à tous et qui aborde des sujets de réflexion très divers à partir de la question de base : comment notre espèce, homo sapiens, a-t-elle réussi à dominer la planète ? Yuval Noah Harari explore les révolutions qui ont mené des premiers hominidés à l'époque actuelle.

     

     

    La révolution cognitive : c'est ce qui permet à l'espèce humaine de se distinguer des autres animaux. Quittant l'Afrique, l'homme peuple petit à petit la planète. Partout où il accoste, son apparition entraîne la disparition de nombreuses espèces animales.

     

     

    La révolution agricole : la découverte de l'agriculture est qualifiée par l'auteur de "plus grande escroquerie de l'histoire". J'avais toujours lu et pensé qu'il s'agissait d'un progrès pour l'humanité mais lui nous dit que les premiers agriculteurs avaient des journées de travail plus longues et fatigantes que les chasseurs-cueilleurs et une alimentation moins variée : "la nourriture supplémentaire ne se traduisit ni en meilleure alimentation ni en davantage de loisirs. Elle se solda plutôt par des explosions démographiques et l'apparition d'élites choyées."

     

     

    La révolution scientifique : c'est le mariage de la science et de l'impérialisme qui a permis à l'Europe de dominer le monde et d'imposer la culture occidentale. J'ai trouvé des passages intéressants sur l'exploration de Tahiti par Cook ou la déroute de Law qui m'ont donné envie d'en savoir plus sur ces sujets. Le point faible c'est qu'il y a très peu de sources qui sont citées et quand elles le sont, ce sont des ouvrages en anglais.

     

     

    A travers tout cela l'auteur aborde les différentes croyances qui structurent les sociétés humaines et les déconstruit les unes après les autres en montrant que, contrairement à ce que certains pensent, elles ne se rattachent pas à la nature mais à la culture. "La biologie permet, la culture interdit. (...) La biologie permet aux hommes de goûter ensemble aux joies du sexe : certaines cultures leur interdisent d'en profiter."

    De même les religions sont examinées et particulièrement les changements entraînés par le passage du polythéisme au monothéisme.

     

     

    Enfin, un sujet qui tient à coeur à Yuval Noah Harari, c'est la cause des animaux et les grandes violences qu'entraînent l'élevage productiviste et la consommation de viande. Il est antispéciste, catégorie que je rajoute à ma liste de tags à l'occasion de cette lecture. L'antispécisme c'est comme l'antiracisme par rapport aux animaux :

    race → racisme → antiracisme

    espèce → spécisme → antispécisme

    Pour les antispécistes, la domination de l'homme sur les animaux n'est pas justifiée. Les animaux sont des êtres vivants qui ont des sentiments et qui souffrent. Logiquement un antispéciste est vegan : il ne consomme aucun produit d'origine animale.

     

     

    L'auteur m'est sympathique du fait des idées qu'il défend. J'ai moins accroché à la fin de l'ouvrage, quand il émet des hypothèses sur le devenir de l'humanité mais tous les aspects historiques m'ont intéressée.

     


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 23 Octobre 2016 à 20:44

    Ce genre d'ouvrage m'intéresse aussi, mais j'ai lu récemment Darwin et les grandes énigmes de la vie et j'ai trouvé très difficile la lecture... bien que ce soit un ouvrage de vulgarisation... par manque d'habitude de ce genre d'ouvrage scientifique...

      • Lundi 24 Octobre 2016 à 12:30

        Il me semble que celui-ci est très accessible.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :