• Ivan Jablonka, En camping-car, Seuil

     

    Ivan Jablonka, En camping-car, SeuilDans les années 1980, à la faveur des vacances d'été, la famille Jablonka (Ivan, ses parents, son frère) accompagnée d'amis, souvent, a sillonné le bassin méditerranée à bord de son camping-car, un combi VW aménagé. Dans les années 1970 (étant de dix ans l'aînée d'Ivan Jablonka), je faisais la même chose avec mes parents, mes soeurs et frère et des amis, souvent. C'est dire si En camping-car, à la fois recueil de souvenirs et étude sociologique des vacances en itinérance, avait de quoi me séduire.

     

     

    Les parents de M. Jablonka père ont été assassinés par les nazis quand il avait trois ans, il a grandi dans des foyers pour orphelins juifs, il n'a pas eu une enfance très heureuse. Sa revanche a été de tout faire pour que ses enfants soient heureux. C'était même une obligation pour eux : "Soyez heureux !" hurle-t-il aux enfants qui viennent de lui dire qu'ils s'ennuyaient. Pendant l'année scolaire ils vivent dans un petit appartement parisien, l'été ils s'évadent sur les routes pour jouir de la liberté. "[Mon père] professait qu'un enfant n'a pas à respecter son père et, d'ailleurs, le fait de voyager, d'être quotidiennement dépaysé, était un défi à toute autorité. Lui qui avait grandi sans père, il avait choisi de garder le meilleur de la paternité".

     

    Ivan Jablonka, En camping-car, Seuil

     

    Derrière ces choix individuels, Ivan Jablonka voit aussi des choix de classe. Enfants d'ouvriers, ses parents se sont élevés par les études. Ils font partie de la bourgeoisie à diplômes, celle qui a "le pressentiment que l'essentiel, pour réussir à l'école, ne s'apprend pas à l'école." Les voyages forment la jeunesse et lui permettent de faire sienne une culture vivante.

    Cette bourgeoisie-bohême, que l'on raille souvent sous l'appellation de "bobo", l'auteur la défend en disant qu'elle est le bastion de valeurs comme "la culture, le progrès social, l'ouverture à autrui, une certaine idée du vivre-ensemble".

     

    Ivan Jablonka, En camping-car, Seuil

     

    Dans cet ouvrage, qui est aussi un hommage de l'auteur à ses parents et plus particulièrement à son père, j'ai reconnu mes souvenirs d'enfance, les choix de mes parents et un peu de ce que je suis devenue. Cette chronique se veut un hommage à mes parents et plus particulièrement à mon père. Il avait construit, à partir de plans trouvés dans le magazine Système D, des caissons qui servaient de chambres sur le toit (notre camping-car n'était pas aménagé de série comme celui des Jablonka).

     

    Ivan Jablonka, En camping-car, Seuil

     

    L'avis d'Hélène.

     

    Ivan Jablonka, En camping-car, Seuil


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    keisha
    Jeudi 15 Février à 08:40
    keisha

    Oh là là, les souvenirs vintage! Noté.

      • Jeudi 15 Février à 12:49

        N'est-ce pas ?

    2
    Vendredi 16 Février à 09:01

    Un bilan en demi teinte pour moi...

      • Samedi 17 Février à 09:46

        Le mélange des genres ne m'a pas gênée. C'est plutôt quelque chose que j'apprécie, au contraire.

    3
    Samedi 17 Février à 09:31

    Pas trop attiré ( je n'ai pas l'aspect affectif qui me donnerait envie de le lire = mes parents détestent le camping-car donc je ne suis jamais partie en vacances de cette manièr-là !!!)

      • Samedi 17 Février à 12:39

        Bien sûr, c'est ça qui m'a attirée. Mais la lecture m'a aussi donné envie d'explorer d'autres thèmes de l'oeuvre d'Ivan Jablonka, que je n'avais jamais lu.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :