• Jean Marabini, La vie quotidienne à Berlin sous Hitler, Hachette

    Jean Marabini, La vie quotidienne à Berlin sous Hitler, HachetteJ'ai longtemps cherché un ouvrage sur la vie quotidienne sous le nazisme aussi j'ai été bien contente de dénicher celui-ci chez un bouquiniste en ligne. Hélas, c'est surtout de la déception que j'ai éprouvé à la lecture. D'abord le titre est mensonger, il est beaucoup plus question d'une histoire du nazisme que de la vie quotidienne des Allemands à cette époque. Les quelques passages qui traitent effectivement de la vie quotidienne commencent avec la guerre alors que la période traitée est celle de 1933 à 1945. Avant 1939 sont énumérés "le Front du travail, les Grands Travaux, la Force par la joie, le Secours d'hiver" mais sans précisions. C'est là-dessus que j'aurais aimé en savoir plus! Je me l'explique par le fait que l'auteur présente les Berlinois comme massivement antinazis. La résistance, passive ou active, occupe de longs passages. Je veux bien croire que Berlin ait été moins nazie que d'autres régions d'Allemagne, j'ai vu cependant des images d'archives qui montrent des foules en liesse au passage d'Hitler dans les rues de la capitale. Sans doute ces scènes étaient elles plus nombreuses avant le début de la guerre, quand le nazisme pouvait encore passer pour une aventure exaltante.

     

     

    L'histoire du nazisme elle-même me semble traitée de façon déficiente. Les événements sont cités de manière allusive, sans explications. Alors que l'ouvrage est construit sur une trame chronologique qui emmène le lecteur de 1933 à 1945 la chronologie de détail est brouillonne avec des sauts dans le temps en avant ou en arrière. Le résultat est confus. Je suis ce que j'ai découvert précédemment chez Joachim Fest, d'autres faits m'échappent. Les sources sont nombreuses pourtant -six pages de bibliographie- mais Jean Marabini semble avoir retenu les hypothèses les plus rocambolesques où les complots se succèdent. Il y aurait ainsi eu un souterrain secret reliant le domicile de Göring au Reichstag qui aurait permis aux SA d'y mettre le feu! Si, d'après internet, les historiens ne sont toujours pas d'accord sur la responsabilité de cet incendie, le souterrain est vraiment de trop pour moi. Enfin ce sont de vraies erreurs que je relève à trois reprises comme lorsqu'il est question des frères H. et S. Scholl (Hans et Sophie, en fait) sur un sujet, la résistance au nazisme, qui est le dada de l'auteur. Ceci me donne une impression de travail bâclé et jette la suspicion sur tout l'ouvrage.

     

     

    Cette lecture me convainc qu'il faudrait que je lise une histoire du nazisme plus sérieuse et moins sensationnaliste. Et aussi plus récente car celle-ci date de 1985 et il me semble que sur le sujet l'historiographie a bien évolué depuis la fin du 20° siècle. Cet ouvrage est périmé.

     


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 5 Janvier à 10:59

    En effet, le livre semble vraiment décevant (l'illustration de couverture semble être une bonne indication du côté périmé du livre). Quel dommage.

    Même si ce n'est pas un ouvrage de synthèse, j'allais suggérer les Journaux de Victor Klemperer mais je vois que vous avez déjà lu un de ses livres (qui semble très intéressant)?

      • Mercredi 5 Janvier à 11:32

        Très intéressant, oui, et il y avait des informations sur la vie quotidienne. Et finalement c'est par des ouvrages sur le nazisme ne traitant pas directement de la vie quotidienne que j'en ai le plus appris sur ce sujet jusqu'à présent.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :