• Jussi Adler-Olsen, Profanation, Le livre de poche

     

    Jussi Adler-Olsen, Profanation, Le livre de pocheEn 1987, un frère et une soeur ont été littéralement massacré, battus à mort dans le chalet de vacances de leurs parents. Une bande de riches fils à papa, tous élèves dans le même lycée privé huppé, déjà soupçonnés d'autres violences, a été mise en cause puis innocentée grâce à l'argent et aux relations de leurs parents. Vingt ans ont passé. L'inspecteur Carl Mørck, chef du département des "cold cases" de la police de Copenhague, s'intéresse de nouveau à ces crimes. Les jeunes blousons dorés d'autrefois sont devenus des hommes d'affaire parmi les plus influents du Danemark. C'est dire si notre héros va trouver en face de lui des gens disposant de nombreux moyens pour l'empêcher d'agir.

     

     

    De cette série j'ai lu le un, j'ai lu le trois et c'est là que je me suis aperçue que je n'avais pas lu le deux. Voilà qui est fait. Ici je retrouve ce qui m'avait accrochée dans les deux autres épisodes : des méchants très méchants et une bonne maîtrise du suspense : un vrai thriller. Mais je lis aussi en cherchant si se confirme mon impression que l'auteur véhicule des préjugés sexistes et xénophobes. Voici ce que j'ai trouvé comme éléments :

    "Torsten Florin aurait pu être pris pour un homosexuel avec ses cheveux longs et sa peau de bébé, mais il était tout ce qu'il y a de plus hétéro, elle pouvait en témoigner."

    "La pièce de séjour était vaste, mais peu chaleureuse. Visiblement, il y avait longtemps qu'elle n'avait pas bénéficié des mains expertes et de l'oeil averti d'une femme. Des assiettes portant des traces de sauce figée s'empilaient sur le buffet, des bouteilles de Coca renversées jonchaient le sol. La pièce était poussiéreuse, sale et désordonnée."

    "Elle avait tout de suite compris qu'elle avait affaire à un véritable mâle."

    Et je vous épargne le passage insultant pour les femmes grosses qui m'a choquée.

     

     

    Est-ce que Jussi Adler-Olsen partage ces stéréotypes ou est-ce qu'il les inclut simplement parce qu'il pense que ça va amuser le lecteur ? Je ne sais pas mais l'essentiel c'est qu'en tout cas, à moi, ça me déplait et je ne suis donc pas sûre du tout de continuer la lecture de cette série.


    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Lundi 12 Février à 22:55

    JE me rappelle de ton précédent billet sur les remarques racistes, sexistes que j'avais aussi notées en lisant Promesse. Je crois que j'en ai un dans ma PAL  encore. Je verrai si je supporte. ( j'avais vraiment l'impression que c'était le reflet de la société... : je n'ai toujours pas croisé de billet contenant des infos sur l'auteur allant dans le sens d'un auteur xénophobe ou autre)

      • Mardi 13 Février à 17:53

        Il y a aussi une peinture très noire de la classe politique danoise, décrite comme largement corrompue, et des riches qui profiteraient tous de leur argent pour commettre crimes ou délits. Il me semble que cette généralisation abusive a un petit côté poujadiste.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :