• Mathias Enard, Boussole, Babel

     

    Mathias Enard, Boussole, BabelFranz Ritter, le narrateur, est un musicologue, orientaliste, Autrichien. Dans son appartement de Vienne il passe une nuit d'insomnie dans l'attente de résultats médicaux qui doivent confirmer le diagnostic de maladie dégénérative dont il se pense atteint. Heure par heure il revit sa carrière et ses séjours au Moyen-orient (Syrie, Iran) qui se recoupent avec son amour malheureux pour Sarah, une Française, orientaliste également. Ses souvenirs se mélangent à des moments de rêve.

     

     

     

     

    Quel excellent roman ! Tout d'abord bravo à Mathias Enard, un érudit comme je les aime, qui m'a épatée par ses connaissances sur l'orientalisme et les orientalistes, le Moyen-orient, la musique, l'Autriche... présentées avec une pointe d'humour désabusé qui fait mon régal -le narrateur semble avoir en effet un fond dépressif.

     

    Dans cet ouvrage riche et foisonnant on croise de nombreux personnages de fiction mais aussi des vrais, beaucoup d'amoureux de l'Orient du 19° siècle que je découvre avec ravissement. L'auteur lui même a pas mal séjourné dans les pays dont il est question et certaines anecdotes sonnent vrai comme, par exemple, lorsqu'il raconte comment le personnel de l'ambassade de France à Téhéran pressait son vin (à l'aide d'une vieille déchiqueteuse à papier) dans la cave de l'ambassade, conjointement avec leurs collègues de l'ambassade d'Italie, à l'époque du gouvernement de Khomeiny.

     

     

     

     

    Au fond Boussole est une célébration du mélange des cultures, de l'enrichissement qui émane du contact entre des langues et des habitudes différentes et le narrateur déplore que le replis sur des "identités nationales", en Orient et en Europe, entraîne la disparition de poches de multiculturalisme. Il y a de quoi, en effet, être déprimé.

     

    "La construction d'une identité européenne comme sympathique puzzle de nationalismes a effacé tout ce qui ne rentrait plus dans ses cases idéologiques. Adieu différence, adieu diversité."

     

    Je découvre Mathias Enard avec ce livre, nul doute que je reviendrai vers cet auteur.

     

    L'avis de Keisha.


    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    keisha
    Lundi 19 Novembre à 08:46
    keisha

    Hélas depuis je n'ai pas relu l'auteur, dommage!!!

      • Lundi 19 Novembre à 09:05

        Il n'est pas trop tard !

    2
    Mardi 20 Novembre à 06:03

    C'est une très belle invitation à découvrir cet auteur. Je n'ai encore jamais rien lu de lui, mais j'ai dans un coin de ma bibliothèque "Parle leur de batailles, de rois et d'éléphants" et je note bien sûr celui-ci. Merci !

      • Mardi 20 Novembre à 08:51

        Oui, celui-là je l'ai pas mal aperçu sur les blogs et je compte le lire aussi.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :